C'est super!

Posts Tagged ‘sophie marceau

À l’étranger, la femme française fascine. On la revêt volontiers  d’atouts que nous-même Français, semblons ignorer: mince, élégante, bonne cuisinière et mère modèle. Alors entre mythe et réalité, connaissons-nous les secrets de la French touch féminine ?

9780857521484

La femme française est mince

Pour les Américaines en particulier, la Française est une brindille longiligne qui ne grossit pas. Avec le livre de cuisine de l’auteur franco-américaine Mireille Guiliano French Women don’t get fat, véritable best-seller, vendu à plus d’un million d’exemplaires l’année de sa sortie et traduit jusqu’en Chine, la réputation de la minceur française est ancrée dans la pensée internationale. D’après l’auteur, la Française ne dit jamais être au régime, elle fait simplement attention. Nuance… Cette méthode semble porter ses fruits puisqu’en 2007 une étude de l’INED plaçait la Française sur la première place du podium des femmes les plus minces d’Europe. L’IMC (indice de masse corporelle) moyen, c’est-à-dire notre rapport poids/taille était le plus faible !

Une mère exemplaire

Les petits Français sont réputés à l’étranger pour leurs bonnes manières en société. La femme Française serait le symbole de l’autorité parentale qui se fait respecter. En 2012, le livre Bringing up bébé (faire grandir bébé) de Pamela Druckerman  était publié pour diffuser  « l’éducation à la Française » à l’étranger.  L’auteur insistait sur le respect des conventions sociales et l’intransigeance portée à la tenue à table. Cette éducation, perçue comme sévère, serait héritée des codes de politesse très anciens auxquels les Français continuent d’obéir même s’ils sont obsolètes. Par exemple, on continue de voir chez certains l’interdiction de couper la salade même avec des couverts en plastique alors que cette règle était usitée pour éviter d’oxyder l’argenterie avec la vinaigrette. Si la femme française incarne une mère aimée et autoritaire, c’est parce que Rousseau en a cristallisé la figure au XVIIIe siècle à travers l’épisode de la fessée dans Les Confessions. Remise sur le devant de la scène internationale en 2010, la fessée a fait parler d’elle avec le débat qui divisait la France quant à l’interdiction châtiments corporels sur les enfants. En réalité, aujourd’hui la majorité des Français ont assoupli la réglementation de leurs mœurs. Quant aux enfants, ils ne sont pas aussi dociles qu’on le prétend, l’autorité innée de la mère française se heurte parfois à une sacrée résistance de ces petits monstres !

La bonne cuisinière

En plus de bien éduquer nos enfants, nous saurions cuisiner avec brio ! La femme française a le goût des bonnes choses. Simplement, par une association rapide, elle incarne au-delà des frontières de l’hexagone, la virtuosité de la gastronomie française.  Mais ce qu’on oublie de dire, c’est que la femme française est flemmarde,  et la cuisine française parfois très simple. La trilogie incontournable pain-fromage-salade, c’est typiquement français, non ?

L’élégance naturelle, ce « je-ne –sais- quoi » à la française

Lorsque les fées se sont penchées sur le berceau de la femme française, elles lui ont fait don d’un pouvoir magique qui la rende célèbre: savoir s’habiller, même quand « on a rien à se mettre ».  Dans les journaux étranger, la mode à la Française est toujours chic. Normal, si  Carla Bruni et Inès de la Fressange sont là pour la porter ! En revanche ce qui est vrai, c’est que la Française moyenne ne sait pas faire de fashion faux-pas, elle a l’art de savoir assembler avec goût motifs et couleurs. Le secret ? La simplicité. Faire de l’originalité avec des grands classiques. Si on observe bien, Inès et Carla ne révolutionnent rien, non ? 
Le fameux « je-ne-sais-quoi » c’est«  l’allure » : une composition judicieuse et bien dosée de désinvolture, et de confiance en soi qui la rend un tantinet méprisante. C’est sa nonchalance  permanente donne à la femme française une personnalité so chic ! Alors ne soyez plus blasés quand on vous dit que les Françaises « tirent la gueule », c’est sexy d’être snob.

Screen Shot 2015-03-08 at 1.07.53 PM

La femme française est éternellement jeune

En plus de tous ces dons, la femme Française garderait le secret de la jeunesse éternelle, sans passer par la chirurgie esthétique. Il faut reconnaître que les stars françaises qui incarnent aujourd’hui la French Attitude jouissent de ce qu’on appellerait en France la chance « d’être bien conservée ».  Entre l’ex-première dame de France, Sophie Marceau et la nouvelle icône en la matière, Caroline de Maigret, toutes sont, à quarante ans passés, aussi belles que dix ans plus tôt. Là encore, on oublie que d’autres, au contraire, ont cherché à préserver abusivement leur visage de femme fatale. À ce titre Emmanuelle Béart qui incarnait pourtant Une femme Française dans le film de Régis Wagner a fait doubler de volume ses lèvres ; quant à Catherine Deneuve, elle est associée « aux rues de Paris toujours en travaux », dans les sketches de Laurent Gerra. Cependant, notre jeunesse attardée pourrait s’expliquer par une consommation quotidienne de vin (français, bien sûr), car le raisin a pour vertu d’effacer les signes de fatigues et de retendre la peau (si si !).

Finalement, la femme française est la Parisienne des magazines

Que fait-on de la majorité des filles qui ne font pas du 34 ? Que fait-on de celles qui, loin de l’apparat et du snobisme, portent tous les jours leur blouse ou combinaison de travail ? Que fait-on de la « cht’i du nord » ou de la niçoise ? Ces figures sont pourtant aussi celles de la femme française. Maupassant écrivait «La Parisienne, c’est le triomphe élégant et effronté du faux», formule qui résumerait bien les caractéristiques que nous listions : la Française qui fascine les étrangers est celle qui a l’art de « faire genre ». D’ailleurs, pour ne pas vexer ses semblables, Caroline de Maigret publie en anglais avec Anne Berest, Audrey Diwan et Sophie Mas How to Be Parisian Wherever You Are. Cet ouvrage incarnant à merveille le snobisme de la femme parisienne, passe au peigne fin toutes les techniques sophistiquées pour paraître « stylée » sans efforts. Femme indépendante, élégante, mince, intello, frivole  et snob, la Parisienne par métonymie est la femme française.

Alors, rivalise-t-on avec Marilyn ? Rappelons que la première femme fatale de la littérature était une Française : Manon Lescaut  envoûtait déjà les hommes en 1753 …

Mathilde Berger-Perrin – www.lepetitjournal.com– Dimanche 8 mars 2015


Bringing Up Bébé : one American Mother discovers the wisdom of French Parenting, de Pamela Druckerman, Penguin Press.

French Women Don’t Get Fat, de Mireille Guiliano, paperback edition
Toine Guy de Maupassant, 1885

Publicités

A l’affiche d’Un bonheur n’arrive jamais seul, ce mercredi en salle, Sophie Marceau fait son retour sur grand écran, deux ans après L’âge de raison. Tantôt boudée, tantôt adulée, l’actrice n’en finit plus de fasciner.

 

Née en novembre 1966 à Gentilly, en banlieue parisienne, Sophie Maupu grandit dans un appartement modeste avec son père, chauffeur routier, sa mère, démonstratrice dans les grands magasins, et son grand frère Sylvain. « Ils exerçaient des métiers très difficiles pour lesquels ils n’avaient aucune passion, (…) mais ils avaient le sens du travail bien fait », confie-t-elle à L’Express en 2008.

 

Pour aider sa famille, elle s’inscrit dans une agence de publicité à l’âge de 13 ans, en espérant gagner un peu d’argent. Presque par hasard, elle passe alors l’audition qui va changer sa vie.

 

 

Choisie pour le rôle de Vic dans La Boum, de Claude Pinoteau, la petite Sophie Maupu devient Sophie Marceau, et fait rapidement la couverture des magazines. Elle quitte la grisaille parisienne pour savourer son succès au Japon: « J’avais trois pulls, un jean avec plein de trous, je n’avais pas un sou, je circulais en métro. C’était à la dure, c’était très bien », raconte l’actrice.

 

Gaumont surfe sur le succès du film avec La Boum 2, en 1983, qui vaut à l’adolescente le César du meilleur espoir féminin. Effrayée par cette notoriété soudaine et « violente », elle décide de racheter son contrat d’exclusivité à la société cinématographique en empruntant un million de francs à l’époque. Le prix de la liberté.

 

En 1984, Sophie Marceau épouse -à la surprise générale- Andrzej Zulawski, un réalisateur polonais de 26 ans son aîné qu’elle a rencontré au Festival de Cannes trois ans plus tôt.

 

 

En plus de lui ouvrir les portes du cinéma d’auteur, le cinéaste sera le père de son premier enfant, Vincent, qui naît en juillet 1995.

 

 

A cette époque, les producteurs français commençent à lui tourner le dos. Dans le milieu, il se murmure que l’actrice a « un caractère difficile », et chacun garde en mémoire la réaction de la jeune femme après le tournage de Police: destabilisée par les méthodes extrêmes de Pialat -son partenaire, Gérard Depardieu, lui aurait notamment mis de vraies claques- elle avait refusé d’assurer la promotion du film.

 

Son étrange discours au Festival de Cannes en 1999, alors qu’elle s’apprête à remettre la Palme d’Or aux frères Dardenne, n’arrange rien. Confuse et nerveuse, elle s’embrouille et finit par se faire huer par l’assistance.

 

Qu’à cela ne tienne: puisque la France ne veut pas d’elle, Sophie Marceau se fait une place outre-Atlantique. Après une première apparition dans Braveheart aux côtés de Mel Gibson, elle enfile le costume de James Bond girl en 1999, dans Le monde ne suffit pas.

 

Aux Etats-Unis, elle fait la connaissance du producteur Jim Lemley. Elle divorce d’Andrzej Zulawski après 17 ans d’amour avant d’avoir une petite fille avec son nouveau conjoint, Juliette, qui vient au monde en juin 2002.

 

 

 

Au bras de son nouveau mari, elle fait sensation sur la Croisette en 2005 avec un incident qui restera dans les mémoires: la bretelle de sa robe glisse soudainement, laissant apercevoir son sein durant une seconde, pour le plus grand bohneur des photographes.

 

Deux ans plus tard, elle passe derrière la caméra pour réaliser son second long-métrage, La Disparue de Deauville. Elle tombe sous le charme de l’acteur qu’elle a choisi pour le rôle principal, Christophe Lambert.

 

Un an après cette rencontre, lors de la promotion des Femmes de l’ombre, Sophie Marceau fait à nouveau polémique en refusant de se rendre sur le plateau de TF1 car Jean-Marie Le Pen y était également invité.

 

Afin de ne pas négliger sa vie personnelle, Sophie Marceau choisit finalement de recentrer sa carrière sur la France: en 2009, elle est à l’affiche de quatre films, dont LOL, un carton au box-office. Avec De l’autre côté du lit, dans lequel elle donne la réplique à Danny Boon, et L’Age de raison, elle regagne ses galons de sympathique héroïne de comédie.

 

Grâce à ces personnages attachants, le public français est -de nouveau- conquis: elle est leur actrice préférée en 2009, selon un sondage du Figaro. Ce qui ne l’empêche pas de rester bankable à l’étranger et notamment en Chine, où elle est une véritable icône.

 

L’actrice est ce mercredi à l’affiche du film Un bonheur n’arrive jamais seul. Elle y incarne une bourgeoise à la vie rangée dont le quotidien va être bouleversé par un musicien interprété par Gad Elmaleh. Une histoire d’amour et d’humour qui réunit les deux chouchous des Français.


wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com
Publicités