C'est super!

Posts Tagged ‘francophonie

Francophonie

Posted on: 20/08/2014

On parle ou on comprend le français:

 

en France, en Belgique, en Suisse, en Guyane, en/ à la Martinique, en Côte d’Ivoire, en Centrafrique, en Mauritanie, en Nouvelle-Calédonie, en/à la Guadeloupe,

au Québec, au Luxembourg, au Sénégal, au Niger, au Gabon, au Mali, au Bénin, au Burkina Faso, au Burundi, au Cameroun, au Liban, au Tchad, au Togo, au Vanuatu, au Rwanda,

à Haïti, à Monaco, à Djibouti, à Saint-Pierre-et-Miquelon, à Saint-Martin, à Mayotte, à Madagascar,

à la Réunion

aux Seychelles, ayx Comores

Na província de Ontário, a mais populosa do Canadá, 510 mil cidadãos consideram o francês sua língua materna? Os Franco-Ontariens são a segunda comunidade francófona (que fala francês) no Canadá, depois de Québec. Apesar de que, em números totais, isso representa somente 5%, pois 70% dos moradores de Ontário têm o inglês como língua materna.

Lire le reste de cette entrée »

Les défenseurs de la langue de Molière font tout pour instaurer des équivalents français à la place de mots d’origine anglaise. Les anglicismes, appauvrissement ou enrichissement de la langue française ?


Le secrétariat d’Etat à la Francophonie avait lancé sur Internet mi-janvier le concours « Francomot » qui proposait aux étudiants de trouver des traductions innovantes pour cinq termes anglais enracinés dans le langage courant: « buzz« , « chat« , « tuning« , « newsletter » et « talk« . Le jury présidé par Jean-Christophe Rufin, de l’Académie française, et composé d’une dizaine de personnalités, dont les chanteurs MC Solaar et Sapho, ont désigné hier les équivalents français vainqueurs.

Les nouveaux francomots
A place de « 
chat« , les mots « éblabla » et « tchatche » ont été retenus sur l’idée de Bilal Benrhayem, étudiant de Master en Management à Sup de Co Bordeaux et Léopold Stéfanini de Sciences Po Bordeaux. « Buzz » deviendrait « ramdam » (mot d’origine arabe), selon Elodie Dufour-Merle de l’université d’Aix-Marseille. La « newsletter » est une « infolettre », pour Abdrahamane Coulibaly de l’université de Cergy. Le néo-mot adopté pour « talk » est celui de Mickael Jaffré, élève aux Arts et métiers de Paris, en l’occurrence « débat ». On ne devra également plus dire « tuning » mais « bolidage ». Les lauréats de ce concours ont gagné un stage de dix jours dans un centre culturel français à l’étranger.

Franciser ne marche pas à tous les coups
Mais est-ce que ces mots ont une chance d’être un jour adoptés par la population ?
« Il y a 10 ans, tout le monde parlait de ‘walkman’ ou de ‘software’, aujourd’hui, ces deux mots anglo-saxons ont naturellement été remplacés par ‘balladeur’ et ‘logiciel’ « , estime le secrétaire d’Etat à la Francophonie Alain Joyandet. L’Académie française combat activement les anglicismes. Selon les immortels, seuls 5% des emprunts de la langue française viennent de l’anglais. En fait, près de 95% des mots français sont d’origine latine mais depuis toujours le français en a accueilli des milliers empruntés à l’anglais mais aussi à l’allemand, l’arabe, le turc, l’espagnol, l’italien… Si « voyagiste » a bien remplacé « tour operator« , des mots comme « papillon » pour « post-it » ou « comédie de situation pour la télévision » pour « sitcom » n’ont jamais réussi à s’imposer.

Le français dans l’anglais
L’avenir de la langue française viendrait peut-être de nos cousins québécois qui adoptent allègrement des équivalents français à place des nouveaux termes anglophones. Ainsi, le « 
courriel » ou « la Toile » ont depuis longtemps détrôné « e-mail » et « Web« . A noter tout de même que si l’anglais envahit le monde de l’Internet, nos week-ends et même nos hobbies, le français a toujours été beaucoup plus influent dans la langue anglaise. Le vocabulaire de la diplomatie, de la cuisine ou encore certaines expressions comme « déjà-vu » ou « bon voyage » reflètent cette place privilégiée de la langue de Molière outre-Manche et Atlantique.

Votre avis nous intéresse !
Est-ce que les anglicismes sont si désastreux que cela pour la langue française ? N’est-il pas préférable de s’approprier certains mots anglais plutôt que d’utiliser de longues paraboles françaises ou des néologismes barbares  ? Les anglicismes sont-ils un symbole du multiculturalisme actuel ou au contraire d’une domination détestable de l' »
anglophonie » sur la francophonie ? Laissez-nous vos commentaires en bas de cet article.


Damien Bouhours

Source:  www.lepetitjournal.com

Linkebeek

Posted on: 24/07/2010

Reportage sur les difficultés rencontrées par une ville francophone en zone flamande (Belgique).

Tourisme

Posted on: 21/05/2010

Allons au Maroc!

Associez  à la bonne traduction ces mots et expressions venus du Québec, de Belgique et de Suisse:

1. Le char

2. Tomber faible

3. Une épinette

4. Le bassin de natation

5. Une case postale

6. Septante

7. Présentement

8.Le légumier

9. être en calvaire

10. Magasiner


a) être en colère

b) soixante-dix

c) une boîte postale

d) la voiture

e) s’évanouir

f) la piscine

g) le marchand de légumes

h) un sapin de Noel

i) faire ses courses

j) en ce moment



Pour voir les solutions, allez aux commentaires!

Francophonie

Posted on: 10/11/2009

pub014

Allons-y?


wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com