C'est super!

Posts Tagged ‘expression

Segurar vela

Posted on: 03/02/2016

Lepetitjournal.com vous fait découvrir chaque semaine de nouvelles expressions employées au Brésil. De quoi améliorer son portugais tout en se divertissant ! Cette semaine : « Segurar a vela ».

« Segurar a vela » ou « segurar vela » veut dire en français « tenir la chandelle ». Comme en France, cette expression doit être prise à la lettre pour ce qui est de son origine : autrefois, les serviteurs tenaient des chandeliers, le dos tourné, afin d’éclairer les ébats amoureux de leurs maîtres aristocrates.

Le sens de cette expression peut avoir rejoint aujourd’hui le sens opposé, signifiant la présence d’une troisième personne qui empêche justement un couple de mieux se connaître, tout comme il peut aussi être, a contrario, très désagréable pour cette troisième personne de « tenir la chandelle » d’un couple qui ne fait que se câliner…

Exemples
« Não quero sair com vocês, vou segurar vela ! » qui se traduirait en français par « Je ne veux pas sortir avec vous deux, je vais tenir la chandelle ! »

« Roberto é um chato, sempre segura vela ! » qui se traduirait en français par « Roberto est ennuyant, il tient toujours la chandelle ! »

Cristina CORREA (www.lepetitjournal.com – Brésil) mercredi 6 janvier 2016

Publicités

Lepetitjournal.com du Brésil vous présente, chaque semaine, une expression brésilienne. De quoi améliorer son portugais tout en se divertissant ! Cette semaine : “Mala sem alça »

“Mala sem alça » veut dire en français: “valise sans hanse”, donc impossible à transporter. On utilise cette expression pour décrire une personne ennuyante, irritante, source de problème; une personne que l´on a pas envie de fréquenter. En français, on pourrait dire familièrement “un boulet”.

Exemple : « Seu amigo é uma mala sem alça ! » se traduit  par: « Ton ami est un boulet! »

panoramablogmario.blogger.com.br

ALEA JACTA EST


Alea jacta est. C’est une phrase latine, mais on la prononce souvent en français… Et Mamadou Mbow nous demande ce qu’elle veut dire.

Cela signifie : le sort en est jeté. Littéralement : le dé est jeté. Et cela veut dire en fait qu’on ne peut plus rien faire pour modifier ce qui va se passer… Avant on pouvait, mais il y a un moment où on ne peut plus : les humains n’ont plus de pouvoir sur ce qui va se dérouler.

Et même souvent, cela veut dire qu’on ne peut plus reculer, qu’on ne peut plus revenir en arrière : Quand on a jeté les dés, il est trop tard pour changer d’idée, ou pour changer de stratégie, de façon de faire. Quand il faut y aller, il faut y aller, dit-on aussi familièrement.


Source: RFI

avoir la frite

Avoir la frite : être en forme, se sentir capable de réussir

L’expression semble provenir du milieu des comédiens ; son origine est obscure. Elle appartient au registre très familier et s’est répandue après 1965. Voir aussi «avoir la pêche».

Source: tv5.org
© 2009
– Illustration : Zelda Zonk
– Définitions extraites du Dictionnaire d’expressions et locutions, d’Alain Rey et de Sophie Chantreau

Expression

Posted on: 17/11/2009

Noël s’approche et l’expression d’aujourd’hui devient très pertinente:

« Au diable l’avarice ! »

 

Signification:

Formule généralement utilisée lorsqu’on décide brutalement de faire une dépense peu raisonnable.

Origine:

Si vous abordez un passant dans la rue et que vous lui demandez d’où vient cette expression, il vous répondra certainement que c’est Molière qui l’a introduite dans sa pièce l’Avare. Et les plus culturés ajouterons même que la version complète est « au diable l’avarice et les avaricieux ».

Vous pourrez alors leur rétorquer d’un air faussement navré que, dans un jeu, ils auraient perdu le droit de revenir en deuxième semaine.
En effet, la phrase de Molière est « la peste soient l’avarice et les avaricieux » et le sens n’a rien à voir avec celui de notre expression, celui qui la prononce, pestant simplement après ce défaut et ceux qui l’ont (même si le terme avaricieux pour désigner un avare n’est pas très commun).

La formule s’utilise exactement comme vous pourriez dire « au diable mes résolutions (de perdre quelques kilos) ! » une fois qu’un individu pervers a déposé sous vos yeux un ballotin de chocolats Puyricard, par exemple.
En effet, l’avarice faisant partie des sept péchés capitaux, c’est simplement se donner bonne conscience que de l’écarter (l’envoyer au diable) avant d’assouvir un besoin soudain de craquer déraisonnablement pour un achat un peu trop cher ou de faire une petite folie dispendieuse.

(Source: http://www.expressio.fr )

L'avare

Étiquettes : , , ,

wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com
Publicités