C'est super!

en-retard_5663455

 

La montre à la main, constamment en train de courir, ils ont parfois des airs du lapin d’Alice au Pays des merveilles. Entre rendez-vous ratés et trajets de l’impossible, les retardataires semblent incapables de maîtriser leur temps, de quoi agacer leur entourage. Mais faut-il vraiment leur en vouloir? Explications.

 

Réveil en catastrophe, course derrière le bus du matin et bouclage à la dernière minute de ses dossiers… Les journées d’Anissa ressemblent parfois à une longue série d’épreuves. « C’est terrible, confie cette jeune Parisienne qui travaille dans la mode, je perds systématiquement plusieurs minutes à retourner chercher quelque chose chez moi, un vêtement ou mes clés. J’essaie de lutter contre ma nature, mais c’est un fait, je ne suis jamais à l’heure. »

A 34 ans, Anissa fait partie de ceux que leurs proches ont catalogué comme « retardataires impénitents ». Henrique, étudiant de 23 ans en échange en France, s’attire lui les foudres de ses profs et de sa copine avec ses retards chroniques. « Les gens pensent qu’il s’agit de désinvolture, de désintérêt à leur égard, mais pas du tout. Cela doit me venir de ma mère, explique-t-il, mi-amusé mi-dépité, elle aussi avait une très mauvaise appréciation du temps et pensait qu’il était possible de passer un coup de fil, de se doucher, de manger quand elle n’avait pas plus de 20 minutes devant elle. »

Se mettre en conflit avec les règles

Perçu comme un rêveur incurable ou une personne indélicate, le retardataire chronique agace autant qu’il désarçonne. « Il y a différents cas de figure, explique Marie Gohin, psychologue à Lyon. Certaines personnes ont simplement une mauvaise perception du temps. D’autres cherchent dans le retard une sensation d’adrénaline. Etre en retard, c’est se dépêcher physiquement, mais c’est aussi une manière de se mettre en conflit avec les règles. Le fait d’arriver après les autres permet de se singulariser, tout en se distinguant par un acte ‘répréhensible.' »

Cette image du retardataire émotif et en conflit avec la réalité aurait presque de quoi nous pousser à la clémence, même après un quart d’heure d’attente. Mais c’est oublier que les situations que les retardataires imposent à leurs proches sont parfois de véritables mises à l’épreuve.

 

« Ses retards systématiques me mettent hors de moi »

« J’ai renoncé à travailler avec une amie que j’adore, confesse Emilie qui fait de l’audit à Paris. J’ai dû mettre un frein à un projet qu’elle me proposait parce que ses retards systématiques me mettent hors de moi. Elle a systématiquement entre 10 et 15 minutes de retard, avec évidemment toujours une bonne excuse. Je déteste ça. »

Sur le plan amoureux, Henrique se rappelle avoir déjà poussé sa copine à bout. « On en a manqué des séances de cinéma parce que j’arrivais trop en retard, se souvient-il. Le plus difficile était de lui faire comprendre que ce n’était pas de l’indifférence, que je ne cherchais pas à me faire désirer. Une fois, nous avions rendez-vous chez moi. Elle est arrivée et je n’étais pas là. Elle m’en a beaucoup voulu. »

 

Être en retard, une maladie?

Horripilant pour certains, ce trait de caractère est considéré par d’autres comme une forme de maladie. La presse à scandale s’était notamment emparée du cas de Jim Dunbar, qui avait réussi à faire reconnaître ses retards comme une pathologie, au même titre que l’hyperactivité en Ecosse, en 2013.

Dans une étude, Jeff Conte, professeur de psychologie à l’université de San Diego,explique qu’il existe un groupe de personnes beaucoup plus enclin à être en retard que les autres. « Je me suis appuyé sur le travail de deux médecins qui remonte aux années 1960. Leur théorie de la personnalité distingue les personnes de type A, ambitieuses, impatientes et irritables, et celle de types B, faciles à vivre et plus détendues. J’ai mis en évidence qu’être en retard est souvent le fait des personnes de la seconde catégorie », explique-t-il dans son compte-rendu.

Selon l’étude de Jeff Conte, c’est la perception du temps qui diffère entre ces deux groupes. Les personnes de catégorie A, motivées par le rendement et le fait d’économiser du temps, ont une appréciation des minutes plus exacte. A l’inverse, les personnes appartenant au second groupe auraient tendance à faire plusieurs choses à la fois, ce qui générerait leur retard systématique.

 

Le retardataire signifie: « Mon temps compte plus que le tien »

De quoi voir dans l’attente que l’on nous impose une volonté d’affirmer son pouvoir, ou tout du moins de mettre les autres à son rythme. « Quand on attend quelqu’un qui est en retard, on a l’impression qu’il nous signifie, ‘mon temps compte plus que le tien' », détaille Sylvaine Pascual, consultante spécialisée dans le bien-être au travail.

Être pressé et débordé serait ainsi une forme de caution démontrant l’importance de sa vie, la garantie d’être quelqu’un qui compte. « Le tout, c’est de bien identifier quand est-ce que le retard survient, explique Sylvaine Pascual. Si une personne qui est toujours arrivée à l’heure au travail se met soudainement à être systématiquement en retard, cela peut être le signe qu’on lui en demande trop, qu’elle a des objectifs inatteignables. En revanche, si l’on fait patienter quelqu’un dans le cadre d’un rendez-vous galant, cela relève de l’envie de se faire désirer. »

 

Se fixer des objectifs simples

Un chemin introspectif s’ouvre alors au retardataire pour découvrir les véritables causes de son mal. Est-ce le stress? Un sentiment d’angoisse vis-à-vis de ceux qui l’attendent? Une trop grande rêverie? Une volonté de se forger une image inaccessible? Après cette première phase, il peut améliorer son comportement progressivement et en douceur.

« Tentez déjà de vous fixer des objectifs simples. Je ne vous parle ni de voeux pieux, ni d’objectifs vagues. On arrête de vouloir lire Guerre et Paix en une nuit, plaisante Jane Burka, psychologue américaine spécialiste de la procrastination et auteure d’un livre à succès traduit en français, Comment ne plus être en retard (éd.Payot et Rivages).

Jointe par mail, elle conseille de « décomposer en petites étapes ce que l’on a à faire ». « Face à une liste importante de choses à faire qui vous stresse, prenez 15 minutes pour réfléchir à comment vous allez vous y prendre. »

 

Apprendre l’indulgence

Une méthode qui pourrait séduire Anissa. « Je suis devenue une grande adepte des listes. J’en fait sur mon téléphone, confie la jeune femme avec un grand sourire. J’essaie de tout minuter, du moment où je me lève, jusqu’à mon arrivée au travail. Mais je le fais à l’avance pour que ce ne soit pas trop stressant, la veille par exemple. »

De la part de l’entourage des personnes en retard, l’indulgence est de mise. « Cela ne sert à rien d’asséner remarques et critiques du genre: ‘Pourquoi es-tu toujours en retard, alors que les autres, non?’ Un retardataire pense différemment de vous. Il ne gère pas de la même manière son anxiété et n’a pas la même perception du temps. Établissez avec lui un calendrier raisonnable pour l’aider à s’améliorer », recommande Jane Burka. De quoi remettre, petit à petit, les pendules à l’heure.

 

Source: L’Express

Publicités

huile-de-noix-de-coco-1_5641263

Bourrée de graisses saturées, elle se taille pourtant une place de choix dans l’alimentation-santé. L’huile de noix de coco fait-elle mincir? Quels sont ses bienfaits? Les raisons de l’engouement et l’explication du paradoxe.

D’où vient l’huile de coco?

L’huile de coco nous arrive d’Asie, des îles du Pacifique, d’Afrique et d’Amérique centrale: là où la noix de coco pousse naturellement. Un cocotier produit de 50 à 150 fruits par an et il faut 11 à 12 mois pour que le fruit arrive à maturité.

Comment l’obtient-on?

L’huile est issue de la pression mécanique de la chair fraîche, ce qui explique qu’elle garde un petit goût subtil qui parfume les plats. On dit alors que c’est une huile de coco vierge. Il ne faut pas la confondre avec l’huile de coprah -ou copra-, qui est faite à partir de la chair séchée de la noix et qui subit un traitement bien différent: elle est blanchie à travers des filtres à carbone, raffinée -pour éliminer les bactéries et moisissures qui se sont formées lors du séchage dans des lieux où il fait humide et chaud- et enfin désodorisée. Comme cette huile est le plus souvent hydrogénée, sa teneur en acide gras trans la rend moins favorable pour l’organisme et le processus de raffinage lui fait perdre ses nutriments. Elle est utilisée par l’industrie agro-alimentaire pour les pâtisseries industrielles, confiseries et fritures.

Quels sont ses bienfaits?

Ce qui surprend avec l’huile de coco, c’est précisément que ses bienfaits sont dus à ce qu’on lui reproche! Les recommandations pour une alimentation saine avaient autrefois tendance à accuser les acides gras saturés d’être responsables de l’obésité et des maladies cardiovasculaires. L’huile de coco, malgré sa grande teneur en acides gras saturés, aurait au contraire un effet protecteur sur les artères et le coeur, notamment grâce à son processus de métabolisation: le corps utilise immédiatement les réserves de gras, sans les stocker. Pas de risques de dépôts qui pourraient, à terme, boucher les artères.

En outre, certains avancent son utilité contre la maladie d’Alzheimer. Et ce, après la publication d’un livre écrit par le docteur Mary Newport, qui a accompagné son mari atteint. Après des recherches sur l’huile, Mary Newport formule l’hypothèse suivante: comme le cerveau des malades d’Alzheimer n’est plus en mesure d’utiliser les sucres contenus dans le sang, les acides gras à chaîne moyenne de l’huile de noix de coco se comporteraient comme un substitut au glucose. Si elle a obtenu une stabilisation de l’état de santé de son époux, il est pour le moment impossible de généraliser ce cas unique en décrétant que l’huile de noix de coco est une panacée contre Alzheimer, tant les études sur le sujets manquent.

Enfin, l’usage traditionnel qui est fait de cette huile dans de nombreux pays -comme en Inde- prête à l’huile de noix de coco des vertus antibactériennes et antimicrobiennes. L’acide laurique en particulier, présent à 48% dans l’huile de noix de coco, aurait une efficacité sur les poussées du virus de l’herpès.

Pourquoi est-elle la star de la cuisine santé?

Elle peut se cuire à haute température sans se dénaturer (contrairement aux huiles poly-insaturées, comme l’huile de lin ou de noix, qui sont très fragiles et qu’il ne faut pas faire cuire) et réhabilite donc la friture, ce qui est une nouvelle plutôt réjouissante.

Sa facilité d’absorption par les intestins puis d’utilisation par le foie en fait un produit de choix pour les gens souhaitant mettre en place un régime cétogène. Ce dernier vise à permettre au corps de produire lui-même son énergie sans dépendre d’apports extérieurs de glucose. Un mécanisme métabolique qui se produit naturellement lors d’un jeûne. Produire les mêmes effets, sans pour autant arrêter de manger: voici un autre paradoxe qui fait le succès de cette huile.

L’huile de noix de coco est aussi un véritable atout pour les personnes vegan/végétaliennes (alimentation sans produits et sous-produits animaux) car elle se substitue parfaitement au beurre: il est ainsi possible de faire des pâtisseries ou des pâtes à tartes aussi facilement qu’en utilisant du beurre.

Un régime alimentaire avec de l’huile de coco fait-il mincir?

Dans le cas d’une alimentation équilibrée, sans excès de calories, on attribue à l’huile de noix de coco la capacité d’augmenter l’activité des cellules -donc la dépense d’énergie- pour assimiler les aliments. Ce principe se nomme la thermogenèse. Chaque aliment en induit une différente. Ainsi, les protéines l’augmentent, ce qui explique entre autres que la viande occupe souvent une place de choix lors d’un régime. L’huile de coco semble faire brûler plus de calories que n’importe quelle autre source de graisses.

Cependant, peu d’études viennent confirmer qu’elle aide à mincir. Seule une étude canadienne de 2003 fait état d’une perte de 500 grammes au bout d’un mois de consommation, avec une stabilisation de la thermogenèse au bout de 28 jours. En résumé, si l’huile de coco augmente la dépense calorique du corps, son effet ne dure qu’un mois, temps au-delà duquel le corps s’habitue et cesse de perdre du poids.

Un soin beauté efficace?

Comme l’huile d’avocat, l’huile de noix de coco peut migrer du placard de la cuisine à celui de la salle de bain. Pratique lorsque le pot de crème hydratante est vide, que l’on a plus sous la main son démaquillant (même pour le mascara waterproof), que l’on veut prendre soin de ses cheveux et hydrater ses ongles. L’huile de coco sent bon et nourrit la peau. Les vrais aficionados l’utilisent même pour faire du dentifrice ou des bains bouche car elle a la réputation de maintenir une belle dentition et de blanchir les dents.

Quels sont les risques?

Une consommation quotidienne raisonnable (de une à trois cuillères à soupe) n’entraîne aucun risque pour la santé lorsque l’huile est vierge, c’est-à-dire pas hydrogénée, et ne contient pas de sulfites(conservateurs). Les personnes allergiques aux noix n’ont pas d’inquiétudes à avoir car l’appellation est trompeuse: la noix de coco n’est pas une noix. Il est néanmoins possible que des allergies se déclenchent comme avec n’importe quel autre aliment.

Faut-il privilégier les huiles biologiques?

La culture de la noix de coco ne nécessite pas l’usage d’engrais et de pesticides. La principale maladie du cocotier -le jaunissement mortel- est combattue par un antibiotique qui agit à titre préventif, mais son usage n’est absolument pas généralisé: les plantations uniquement en Floride en bénéficient. Seul le mode d’extraction est susceptible d’en modifier la qualité: préférez une huile de coco extraite par pression à froid qui conserve les graisses de bonne qualité.

Le mode de production des cocotiers semble durable, contrairement à sa cousine l’huile de palme qui défraie la chronique en étant la cause de déforestations massives. Le coût environnemental n’est cependant pas neutre, puisque, produit dans les îles, il faut bien faire voyager l’huile de noix de coco jusqu’aux régions non tropicales…

 

Source: L’Express

montessori_5639465

 

Autonomie, responsabilisation, épanouissement… Les principes Montessori ne sont pas uniquement valables dans le cadre scolaire. Avec un peu de savoir-faire et un minimum de matériel, ils peuvent être mis en place à la maison à travers des jeux. Démonstration.

Lire le reste de cette entrée »

Certaines personnes vivent dans un esprit de sacrifice permanent, forçant souvent l’admiration de leur entourage. Que cache ce besoin que les autres aient besoin de nous?

Lire le reste de cette entrée »

baguettes_5592647

Le pain fait-il grossir? Peut-on en manger tous les jours? Tous les pains se valent-ils? Le bio est-il meilleur pour la santé?

Lire le reste de cette entrée »

14088517_1171423429585175_7217438237435574738_n

Le burkini, mélange de bikini et burqa, est en ce moment au cœur d’une polémique qui pose la question de la frontière entre pratiques religieuses et respect de la laïcité.

 

epa03366113 A young Turkish woman cools off while wearing a burkini at an open-air bath in Berlin, Germany, 20 August 2012.  EPA/STEPHANIE PILICK (MaxPPP TagID: epaphotos543477.jpg) [Photo via MaxPPP]

epa03366113 A young Turkish woman cools off while wearing a burkini at an open-air bath in Berlin, Germany, 20 August 2012. EPA/STEPHANIE PILICK (MaxPPP TagID: epaphotos543477.jpg) [Photo via MaxPPP]

Tout a commencé à Marseille, où le parc aquatique Speedwater Park et la municipalité des Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) ont décidé de « ne pas donner suite » à la demande de réservation de femmes des quartiers Nord de Marseille qui avaient prévu une sortie piscine en burkini. Puis, après cette annonce, le sénateur-maire DVG de la commune Michel Amiel avait annoncé vouloir prendre un arrêté d’interdiction contre cette sortie.

Arrêté préfectoral à Cannes et rixe à Sisco

Quelques jours plus tard, c’est le maire de Cannes qui a pris un arrêté interdisant le port du burkini sur les plages de sa ville. Selon l’arrêté, « une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse, alors que la France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d’attaques terroristes, est de nature à créer des risques de troubles à l’ordre public qu’il est nécessaire de prévenir ».

L’arrêté à été validé par la justice et les associations comme le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF) et la Ligue des droits de l’homme (LDH), s’en sont indigné et ont engagé un recours en justice, finalement rejeté par le tribunal. Ils ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat, qui doit être examiné dans les prochains jours. Parallèlement, des heurts ont éclaté à Sisco en Corse, entre plusieurs familles musulmanes et des touristes , ce qui a donné lieu à une violente rixe et plusieurs blessés, dont une femme enceinte. Le maire de Sisco a également interdit les burkinis dans sa commune suite à ces affrontements.

Le communautarisme en débat

Le burkini est en fait un nouveau révélateur de cet éternel débat français autour du communautarisme. La société doit-elle accepter son port sur les plages françaises ? Doit-on empêcher les femmes musulmanes qui ne veulent pas montrer leur corps de nager habillées au risque pensent certains d’en inciter d’autres à faire de même ? Doit-on accepter ce que beaucoup considèrent comme un asservissement de la femme ? Doit-on penser pour elles en quelque sorte ? Au-delà des opinions personnelles, il y a la loi qui dit quoi faire, encore qu’il y a la loi nationale et les arrêts municipaux, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

Que dit la loi ?

Interdire le burkini ne relève pas du domaine de la loi. Depuis 2010, seul le port du voile intégral est interdit dans l’espace public, ce n’est pas le cas du burkini qui couvre les cheveux mais pas le visage. Interdire le burkini relève donc de la seule compétence du maire. Il faut un motif et ici, le motif invoqué est ici le risque de troubles à l’ordre public. L’arrêté municipal de Cannes invoque donc le contexte de l’état d’urgence et les récents attentats islamistes de Nice pour interdire l’accès aux plages et à la baignade à toutes personne qui n’aurait pas une tenue correcte respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité. Une interdiction ponctuelle, jusqu’au 31 août, sanctionné d’une amende de 38 euros.

De vives réactions

Si les associations ont vivement réagi quant à cette polémique, les politiques, se sont eux aussi exprimés sur la question. Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes, a qualifié par exemple le burkini de « profondément archaïque », mais a appelé à le combattre « sans arrière-pensées », dénonçant « la droite dure » qui « veut faire de l’islam le sujet des mois à venir ».

Jean-Pierre Chevènement, pressenti pour prendre la tête de la fondation pour les œuvres de l’islam de France, a quand à lui estimé que les arrêtés anti-burkini pouvaient être légitimes en cas de trouble à l’ordre public.

Invitée ce matin sur notre antenne, la sénatrice UDI de l’Orne Nathalie Goulet souhaite plutôt s’en remettre à la loi. « D’un point de vue légal, le burkini n’est pas interdit. Mais si les maires prennent des arrêtés pour l’interdire, il faut le respecter ». Enfin, elle ajoute que « plus on en fait une affaire d’état, plus il va y avoir de communautarisme ».

Source: France Inter

Étiquettes : ,
wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com

Instagram

💙❤️ Vive la France! 🇫🇷 J'adooooore Marseille! 💙 😂😂 😢🇫🇷😢 #nice #france #prayfornice
Follow C'est super! on WordPress.com