C'est super!

Archive for the ‘Littérature’ Category

PROMENADE DE PICASSO 
 

Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle 
une pomme pose 
Face à face avec elle 
un peintre de la réalité 
essaie vainement de peindre 
la pomme telle qu’elle est 
mais 
elle ne se laisse pas faire 
la pomme 
elle a son mot à dire 
et plusieurs tours dans son sac de pomme 
la pomme 
et la voilà qui tourne 
dans une assiette réelle 
sournoisement sur elle-même 
doucement sans bouger 
et comme un duc de Guise qui se déguise en bec de gaz 
parce qu’on veut malgré lui tirer le portrait 
la pomme se déguise en beau bruit déguisé 
et c’est alors 
que le peintre de la réalité 
commence à réaliser 
que toutes les apparences de la pomme sont contre lui 
et 
comme le malheureux indigent 
comme le pauvre nécessiteux qui se trouve soudain à la merci de n’importe quelle association bienfaisante et charitable et redoutable de bienfaisance de charité et de redoutabilité 
le malheureux peintre de la réalité 
se trouve soudain alors être la triste proie 
d’une innombrable foule d’associations d’idées 
Et la pomme en tournant évoque le pommier 
le Paradis terrestre et Ève et puis Adam 
l’arrosoir l’espalier Parmentier l’escalier 
le Canada les Hespérides la Normandie la Reinette et l’Api 
le serpent du Jeu de Paume le serment du Jus de Pomme 
et le péché originel 
et les origines de l’art 
et la Suisse avec Guillaume Tell 
et même Isaac Newton 
plusieurs fois primé à l’Exposition de la Gravitation Universelle 
et le peintre étourdi perd de vue son modèle 
et s’endort 
C’est alors que Picasso 
qui passait par là comme il passe partout 
chaque jour comme chez lui 
voit la pomme et l’assiette et le peintre endormi 
Quelle idée de peindre une pomme 
dit Picasso 
et Picasso mange la pomme 
et la pomme lui dit Merci 
et Picasso casse l’assiette 
et s’en va en souriant 
et le peintre arraché à ses songes 
comme une dent 
se retrouve tout seul devant sa toile inachevée 
avec au beau milieu de sa vaisselle brisée 
les terrifiants pépins de la réalité.  

                                        Jacques Prévert

4585802_5_4517_la-france-est-la-premiere-destination_9f440f57a461c3b33e1f7f5ff672dd2e

La première destination touristique

Il y a eu dans le monde en 2014 plus de 1,1 milliard de touristes internationaux, selon les chiffres provisoires de l’Organisation mondiale du tourisme. Parmi eux, 84,7 millions se sont rendus en France, ce qui permet à notre pays de rester la première destination touristique mondiale.

Une vigne productive

La France a retrouvé en 2014 son titre de premier producteur de vin. Elle l’avait cédé en 2012 à l’Italie, qui rétrograde à la deuxième marche du podium. L’Espagne complète le trio de tête, consacrant le Vieux Continent comme fournisseur principal de vin de la planète. Selon les chiffres de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), le pays du bourgogne, du bordeaux et du champagne totaliserait 46,2 millions d’hectolitres dans ses cuves, soit une hausse en volume de 10 % par rapport à 2013.

4585814_3_968c_ill-4585814-f30e-14814139669-a11f9f3126-o_974ec9f53b2caa3845b5fa272464982c

La stratégie du luxe

Les maisons du luxe françaises paradent au premier rang du marché mondial des produits de luxe, selon l’étude 2013 du cabinet de conseil Bain & Company. Les marques tricolores monopoliseraient un quart du chiffre d’affaires du secteur au niveau mondial, selon les calculs des consultants. Sur 270 marques de prestige dans le monde, 130 sont françaises, rapporte le ministère de l’économie.

Les semences tricolores sur toute la planète

La France reste classée au premier rang des exportateurs mondiaux de semences agricoles de grandes cultures, maïs en tête, selon les chiffres du groupement corporatiste mondial International Seed Federation (.pdf).

En 2012, le chiffre d’affaires de la filière des exportations de semences française se maintient à 1,6 milliard d’euros ; les deux suivants, Pays-Bas et Etats-Unis, atteignent respectivement 1,4 et 1,35 milliard d’euros.

Les footballeurs s’exportent bien

Les footballeurs français s’expatrient avec succès. Selon l’Observatoire du football du Centre international d’étude du sport de Neuchâtel, 113 joueurs ayant grandi dans l’Hexagone évoluent cette saison dans les quatre plus grands championnats européens (Italie, Angleterre, Espagne, Allemagne).

Un record : l’Observatoire constate que la « France est devenue pour la première fois l’origine la plus représentée parmi les expatriés » au sein des quatre autres plus grands championnats du continent. Les deux autres nationalités les plus représentées dans des équipes étrangères sont le Brésil et l’Argentine.

Des voiliers qui sillonnent des mers

La France est au premier rang mondial pour l’exportation de voiliers, selon les derniers chiffres des douanes, datant de 2013

Des services administratifs en ligne performants

Selon une étude de l’Organisation des Nations unies (page 46), la France a des raisons d’être fière de son développement numérique puisqu’elle prend la tête d’un classement européen basé sur trois critères : les infrastructures de télécommunications, le niveau d’éducation des habitants et les services en ligne proposés par l’administration. Ces derniers arrivent à la première place au niveau mondial grâce au site service-public.fr.

Les as de l’atome

Même si cette proportion a commencé à diminuer, la France est le pays le plus « nucléarisé » au monde, en termes d’énergie, puisqu’elle produit 73 % de son électricité grâce à ses réacteurs nucléaires, selon les derniers chiffres (2013) du Nuclear Energy Institute.

Le pays des grands écrivains

Avec Patrick Modiano, la France a empoché son 15e prix Nobel de littérature. Le tout premier prix avait aussi été attribué à un Français, Sully Prudhomme, en 1901.

La France est le pays qui affiche le plus grand nombre de lauréats. Sur 111 prix décernés depuis 1901, les 15 Français prennent donc la tête du classement des nationalités les plus récompensées, devant les Etats-Unis (12 lauréats), le Royaume-Uni (10), l’Allemagne et la Suède (8 chacun). 

Le meilleur système de santé

Certes le rapport (.PDF) date de l’an 2000 mais le constat de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est sans appel : la France dispose du meilleur service de soins de la planète, ou du moins des 191 pays membres de l’organisation. « L’analyse conclut que la France fournit les meilleurs soins de santé généraux, suivie notamment de l’Italie, de l’Espagne, d’Oman, de l’Autriche et du Japon. »

Dans les anciens rapports, la France était troisième (le Japon caracolant en tête), mais seul le niveau de santé général de la population – essentiellement la durée de vie – était pris en compte. Dans l’approche adoptée par l’OMS en 2000, des critères plus qualitatifs ont été ajoutés, comme le fonctionnement du système de santé et la satisfaction des malades, la part financée directement par les populations et la répartition équitable des soins.

Source:  http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/03/02/10-classements-dans-lesquels-la-france-arrive-en-tete_4550553_4355770.html#ShEE6DJBdmvhfHbw.99

 

 

 

PATRICK MODIANO : "ECRIRE, C'EST COMME CONDUIRE DANS LE BROUILLARD".

 

 

PATRICK MODIANO

Considerado uns dos maiores escritores já desde seu primeiro livro (1968), Patrick Modiano, agora aos 69 anos, ganhou o Prêmio Nobel de Literatura, em 2014.

As francesas

Posted on: 04/12/2014

O jornal inglês The Times publicou um artigo sobre as francesas e não agradou muito. É um retrato, de fato, caricaturado sobre as francesas, ou mais especificamente, sobre as parisienses.

Muitos livros já fizeram sucesso com essa temática dos mistérios e charmes das mulheres francesas. O jornal The Times se concentrou no How to be Parisian wherever you are. E aqui segue uma pequena amostra desse « savoir-vivre » irônico:

A francesa

  • usa salto alto durante a gravidez, até a hora do part;
  • se veste de preto, branco, cinza, azul marinho e, ocasionalmente em bege se estiver sol;
  • parece estar sempre saindo da cama, pois não penteia nunca os cabelos;
  • não sorri muito, e nunca muito alto;
  • nunca vomita, ou espera chegar em casa para fazê-lo;
  • faz amor 3 vezes por semana.

…entre outras pérolas!

How_to_be_Parisian_05

 

A autora do livro, Caroline de Maigret, garante que o livro trabalho com o humor. Aaaah ta! 

 

 

 

 

camus

 

É um dos autores mais lidos, estudados e admirados, mesmo cinquenta anos após sua morte. É um filósofo humanista excepcional, escreveu o famoso “L’étranger” (O estrangeiro).

Nascido na Argélia (colônia francesa na época, 1913), perdeu o pai na guerra. Essa violência marcou sua vida e sua obra. Sua mãe, surda e quase analfabeta, tem todo seu carinho e é homenageada em seu primeiro livro “L’envers et l’endroit”. Estudante brilhante, cursa Letras e Filosofia, mas para este segundo curso por causa de uma tuberculose. Politicamente de esquerda, começa a trabalhar no jornal Alger Républicain, que foi logo proibido pelo governo. Em 1940, Camus muda-se para paris, casa-se e tem 2 filhos gêmeos. Em 1942, escreve seu primeiro grande sucesso: L’étranger. E em pouco tempo, é reconhecido internacionalmente.  Em 1950, escreve La peste e em 1957, recebe o Prêmio Nobel de Literatura. Três anos mais tarde, uma tragédia: o autor morre em um acidente de carro.  Sua obra, porém, é para sempre.

Le très bel ouvrage « La fabrique des filles » revient sur la manière française de scolariser le « sexe faible » entre 1870 et 1975. Et c’est édifiant.

 

ecole

 

On entend beaucoup, ces derniers temps, les véhéments pourfendeurs de la soi-disant « théorie du genre » appeler au retour à un prétendu « bon sens » : l’école n’est pas là pour faire jouer les garçons à la poupée et les filles au ballon, car elle n’a pas à se mêler des identités sexuées qui relèveraient de la sphère familiale.

On conseillera aux curieux d’ouvrir « La fabrique des filles », l’ouvrage très richement illustré des deux historiennes Rebecca Rogers et Françoise Thébaud, pour réaliser combien l’école s’est, depuis toujours, mêlée d’identité sexuée… et dans des proportions inouïes !

Certes, celle de Jules Ferry a eu le souci de donner à tous, filles ou garçons, une scolarisation digne de ce nom. Mais c’est peu de dire que les gentes demoiselles étaient assignées dès l’enfance à un rôle très, très précis dans la société. Le rapport du député républicain Camille Sée (1880), destiné à promouvoir la création de collèges et lycées féminins (donc, fort progressiste pour l’époque), le rappelle : une femme est « née pour être une épouse, elle est née pour être mère ». Certes, scolarisée, mais épouse et mère.

 

« Un métier comme papa »

Pas loin d’un siècle plus tard, en 1962, deux phrases tirées d’un cahier d’écolière anonyme montre que les choses ont évolué, mais encore très partiellement :

Dans la famille, la maman fait le ménage, lave le linge, prépare le repas, soigne ses enfants. Parfois, elle a un métier comme papa. »

 

On ne pourra certes pas reprocher à l’école des IIIe, IVe et Ve Républiques de refléter les stéréotypes et évidences de leurs temps – comme on ne peut le faire de la presse ou des  productions cinématographiques de l’époque. Mais s’il est une chose à quoi l’Histoire est utile, c’est bien à la compréhension du présent.

Lire que l’école d’avant-guerre servait à inculquer aux Marthe, Eugénie et Louisette, « modestie, patience, soumission aux hommes comme à Dieu », lire que les balbutiements de la mixité dans les années 30 occasionnaient des craintes quant à la supposée « virilisation de l’esprit » des filles, sert avant tout à se poser une bonne question : quelle ineptie l’école d’aujourd’hui charrie-t-elle avec la meilleure foi du monde ?

 

 

Arnaud Gonzague – Le Nouvel Observateur

Rebecca Rogers et Françoise Thébaud, « La fabrique des filles », Textuel, 162 p., 35 euros

marque page

Big Brother a des yeux partout, mais celle-là, il ne l’avait pas vu venir. Pourtant, l’idée semble tout droit sortie d’un roman de George Orwell. Au Brésil, la filiale des éditions britanniques Penguin Books a collaboré avec l’agence Mood/TBWA pour mettre au point le premier marque-page intelligent, celui «qui vous rappelle de lire».

Le projet «Tweet for a Read» («tweeter pour la lecture») est parti d’une enquête menée par l’Institut brésilien pour le livre qui démontre – scoop – que les gens lisent de moins en moins et passent de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux. Résultat, selon la Penguin Companhia das Letras: «Très souvent, quand on commence un livre, on s’arrête après quelques chapitres et on l’oublie pendant des mois. Quand on le reprend, on ne se souvient même plus du début.» L’enquête aurait aussi pu mener à une autre conclusion: les lecteurs interrogés ne savent pas choisir leurs livres. Quoi qu’il en soit, «Tweet for a Read» a le mérite de vouloir inverser cette tendance (effrayante) en utilisant Twitter (de façon encore plus effrayante).

Comment ça marche ?

Le lecteur achète un titre des éditions Penguin et le marque-page «Tweet for a Read». Il s’enregistre grâce à un code-barres QR, lit son livre, s’en lasse très rapidement, et le referme pour regarder sa série préférée, illégalement et en streaming. La machine est alors lancée: le corps du marque-page, plongé dans l’obscurité, mémorise la dernière fois que le livre a été ouvert grâce à un capteur de lumière. S’il ne revoit pas le soleil au bout d’une semaine, un minuteur intégré le signale à une nano-puce connectée au Wi-Fi qui envoie un tweet à l’utilisateur pour le rappeler à l’ordre. Souriez, vous êtes fliqués.

Si l’histoire s’arrêtait là, on pourrait crier au scandale, rappeler que le peu de lecteurs qui reste n’est pas là pour se faire engueuler ou même devenir néo-luddite. Mais «Tweet for a Read» a plus d’un tour dans son Mac. Trois marque-pages différents ont été créés, à l’effigie de trois personnalités littéraires: l’écrivain portugais José Saramago, l’incontournable Friedrich Nietzsche et le musicien brésilien Vinícius de Moraes. Les tweets envoyés aux (non-)lecteurs proviennent de comptes spécialement mis en place et reprennent des phrases tirées ou inspirées de leurs œuvres.

Grâce au progrès technologique, José Saramago, Friedrich Nietzsche et Vinícius de Moraes peuvent donc tweeter depuis l’au-delà, mais seulement en portugais. Pour l’instant, aucune information n’a été donnée concernant la mise en vente et le prix des marque-pages. Mais si l’invention s’exporte en France, on imagine déjà les tweets bouleversants du marque-page Guillaume Musso: «Demain, que serai-je sans toi ?», «Je reviens te chercher, 7 ans après, parce que je t’aime», «Et après la page cinquante, seras-tu là?».

Souce: Le Nouvel Observateur

Livro bem-humorado, cheio de dicas irônicas e textos interessantíssimos culturalmente. Escrito por Jean-Laurent Cassely.

 

couv survie

 

Aqui trago alguns trechos sobre “como virar um habitué/cliente habitual  de um verdadeiro bar marselhês”:

 

– Peça “la même chose” (a mesma coisa). Até você entrar na categoria “clientes do bar”, o garçom vai pedir que você repita várias vezes qual é o seu pedido.

-Não use a palavra “brunch”. Peça um 51, um Ricard, um Casa. Todos são pastis, a bebida de anis típica da cidade.

– Copie o que os habitués estão comendo. Em torno das 11h da manhã, peça uma salada de tomate, charcuteria/variações de embutidos, queijo, e tudo isso com um vinho rosé fresco. Inicialmente, é provável que você ganhe uma gastrite. Normal, acostuma. A dica para aguentar o pastis em jejum (!!!) é acompanha-lo de azeitonas.

– Vá a um bar marselhês de verdade. Para reconhecê-lo, procure uma foto autografada por um membro do time Olympique de Marseille. Ou procure algum troféu de pétanque (um jogo que parece a nossa bocha, típico da região)

La rappeuse française Diam’s, de son vrai nom Mélanie Georgiades, va publier une autobiographie très attendue dans laquelle elle revient sur son parcours personnel et professionnel ainsi que sur sa conversion à l’islam.

 

L’autobiographie de la chanteuse Diam’s, qui paraîtra le 27 septembre aux éditions Don Quichotte, attise déjà la curiosité de ses fans. « Après un long silence et pour la première fois, la petite banlieusarde devenue l’icône du rap français se livre sans détour sur sa carrière, ses choix de vie et aborde certains tabous de la gloire, du succès, de la solitude et de la foi », raconte son éditeur.  

En 2009, peu avant la sortie de son dernier album SOS, la jeune femme avait été photographiée tandis qu’elle se rendait à la mosquée de Gennevilliers, voilée et accompagnée de son époux. Depuis, elle aurait progressivement coupé les ponts avec son entourage, à commencer par le rappeur Sinik ou l’humoriste Jamel Debbouze. En 2011, ce dernier s’était écrié, sur TF1:  » Diam’s, reviens, tu nous manques ! ». 

« Mélanie (c’est son prénom) a très mal vécu cet immense succès et tout ce qui va avec: un train de vie délirant, de l’argent en excès. Elle a tout envoyé valser », pouvait-on lire en 2009 dans Paris-Match. « La religion l’a très probablement aidée à surmonter ses craintes et ses doutes. »  

« Les gens n’ont vu de moi qu’une enveloppe »

« En me replongeant dans ma vie, je me rends compte qu’elle a été une aventure hors du commun », explique Diam’s dans une lettre ouverte publiée sur Facebook. « Mon public était ce que j’avais de plus cher. […] Puis un jour, je me suis tue et je suis partie sans dire au revoir. Pendant des années, les gens m’ont vu décrocher des trophées et devenir célèbre, mais ils n’ont vu de moi qu’une enveloppe derrière laquelle se cachait un coeur meurtri. » Selon l’artiste, son livre serait « un moyen de rétablir des vérités ». « Je me suis cherchée, je me suis découverte, j’ai appris à m’aimer et aujourd’hui, je suis en paix. […] On a dit de moi que, perdue, je me suis réfugiée dans la religion. Dans cette parole, j’ai ressenti comme du mépris. » Diam’s présente son autobiographie comme un voyage sur les routes qu’elle a foulées, mais aussi « au fond de son coeur ». 

Son manager Sébastien Capillon a quant à lui affirmé au magazineVSD que dans cette autobiographie, « toutes les réponses aux questions que vous vous posez seront dévoilées ».  

Source: L’Express

Elsa Triolet et Louis Aragon au Moulin de Villeneuve. Vieux moulin à eau situé à Saint-Arnoult-en-Yvelines, au coeur d’un parc de six hectares, le Moulin de Villeneuve servait de résidence campagnarde à Aragon et Elsa Triolet. La femme de lettres pensa et décida la décoration du moulin, privilégiant la couleur bleue qu’elle aimait tant. Elsa y repose depuis 1970 et Aragon depuis 1982.

 

 

Jean Cocteau à Milly-la-Forêt. La maison achetée par Jean Cocteau et Jean Marais en 1947, dans le village de Milly-la-Forêt (Essonne), permit à l’artiste de composer de nombreuses oeuvres loin des tumultes de la vie parisienne. Il y mourrut en 1964 et repose à quelques pas de là, dans la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, décorée par ses soins.

Alexandre Dumas au château de Monte-Cristo. Alexandre Dumas fit construire le château de Monte-Cristo à Port-Marly (Yvelines) en 1844, à la suite du succès remporté par ses romans Les Trois Mousquetaires et Le Comte de Monte-Cristo. Dans le jardin du château, un petit castel néogothique baptisé le château d’If (à droite) permettait au romancier de travailler dans le calme.

 

 

 

Honoré de Balzac à Paris. Situé dans le 16e arrondissement de Paris, la Maison de Balzac servit de refuge à l’auteur de La Comédie humaine entre 1840 et 1847, tandis qu’il fuyait ses créanciers. Avec la Maison de Victor Hugo et le Musée de la Vie romantique, la Maison de Balzac est l’un des trois musées littéraires de la Ville de Paris.

 

Source: L’Express


wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com