C'est super!

Burgers chics, produits frais : le fast food sauce française

Posted on: 09/07/2015

La restauration rapide en France a su s’adapter au mode de vie hexagonal. Des efforts scrutés de près par les Américains.

TO GO WITH AFP STORY BY ANNE-SOPHIE MOREL A picture taken on March 18, 2015 shows a burger at the "Big Fernand" restaurant in Paris. France has become a new hunting ground for foreign fast food brands looking to establish branches. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

TO GO WITH AFP STORY BY ANNE-SOPHIE MOREL
A picture taken on March 18, 2015 shows a burger at the « Big Fernand » restaurant in Paris. France has become a new hunting ground for foreign fast food brands looking to establish branches. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

 

Un Français débauché par McDo ! Dans un mois, Jean-Pierre Petit, PDG de la branche française depuis onze ans, prendra la direction opérationnelle des cinq pays les plus porteurs du groupe américain. Cette promotion ne doit rien au hasard : McDo France a fait 4,57 milliards d’euros de chiffre d’affaires (hors taxes) en 2014, avec une croissance de +2,6% par rapport à ­l’année précédente.

Cette réussite contraste avec la crise outre-Atlantique. Et au pays de la gastronomie, de Ginette Mathiot et du roquefort AOC, elle a de quoi surprendre. Bernard Boutboul, directeur général de Gira conseil, expert dans la consommation alimentaire hors domicile, analyse :

Les dirigeants français ont su prendre leur indépendance à temps. Ils ont francisé l’enseigne, et ça marche. Aujourd’hui, c’est vers eux que les Américains regardent. Ils ont même pris leur architecte pour relooker leurs espaces aux Etats-Unis. »

Concrètement, le McDo français aurait eu l’intelligence de ­s’habiller façon « gastro » : tartines au beurre d’Isigny, burgers « à la viande de nos régions », petites salades et eau minérale. Le tout dans un écrin cosy.

Le succès de ce (re)positionnement moins junk food se confirme au-delà de la marque au clown. « Dans la vente au comptoir, les professionnels qui jouent la carte du moyen et du haut de gamme avec des produits frais, le respect du client, le choix… font entre 6 et 10% de croissance. Les autres font exactement l’inverse », souligne le consultant. Ainsi, l’enseigne de restauration rapide de luxe Cojean, fondée par un ancien de McDo en 2003, ne désemplit pas. Tout comme les nouvelles et très chics enseignes de burgers (Big Fernand et consorts).

Fracture alimentaire

La qualité serait-elle en train de gagner sur la malbouffe ? « Pas si simple ! », répond Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de « 60 Millions de consommateurs. » Il explique :

Quand on parle junk food, on a tendance à penser restauration rapide. Mais la malbouffe, c’est aussi ce qu’on achète en magasin. »

Et là, malgré une prise de conscience nouvelle du lien entre la malbouffe et une nourriture industrielle chargée de pesticides, de sucre ajouté et de multiples additifs, des progrès restent à faire : « La vraie question, insiste Thomas Laurenceau, c’est de savoir quel prix le consommateur accepte de payer pour avoir des produits plus sains. On a ­l’impression que la fracture alimentaire se creuse en France. Il y a une élite qui a les moyens d’acheter du bio, qui cuisine les produits de saison et sait décrypter les étiquettes, et une ­partie de la population qui n’a pas les moyens d’acheter autre chose que des marques premiers prix vraiment bas de gamme et a perdu la culture du ragoût. »

En 2013, le scandale des lasagnes à la viande de cheval a sonné la fin de la récré. Mais réveillé les consciences : pour 71% des Français (sondage 60 millions de consommateurs-Mediaprism, juillet 2013), le responsable de la malbouffe, c’est… le consommateur lui-même. Juste après les industriels.

Corinne Bouchouchi

Source: L’OBS

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com

Instagram

O Filipe saiu do Brasil e acho seus caminhos no Québec. 🇨🇦 Ele não mora no castelo da foto, mas tem muita informação útil, histórias boas e paciência pra responder pela milionésima vez se lá não faz frio demais! 😂 Live no @eleonora_ribeiro no Instagram, esse sábado, às 14h. E sim, ele tem o sotaque do francês do Québec!!!
Não somos uma dupla sertaneja, então não vai rolar sofrência na nossa live no Instagram! ⏰ Sábado, às 14h, no meu perfil @eleonora_ribeiro Vai ser um bate-papo bem interessante, é só entrar! 🇨🇦
Marca na agenda: sábado agora, às 15h, no perfil @eleonora_ribeiro , vou fazer uma live com a Yasmin e ela vai falar de como está sendo morar e estudar em Paris! 🇫🇷 Ela está na Sorbonne e vai te contar como chegou lá!! 💪🏼 Espero você! Avisa aqueles amigos que estudam francês! Quem sabe eles não se animam e aí você se hospeda na casa deles na França?! 😂💙🤍❤️
Quem quer estudar francês levanta a mão!!!!!!! 🇫🇷🙋🏻‍♀️ Segunda turma começa em abril também. Mini-curso de 4 semanas, mini-turma (porque é aula de pronúncia, né?!) e um MEGA conteúdo. 💙🤍❤️ Mais informações: eleonoraribeiro@gmail.com
Uma coletânea de artigos publicados em revistas, sites e blogs. Textos que te levam para um passeio cultural, com um pouco de História, observações sobre a vida e os hábitos dos franceses, e um capítulo só sobre gastronomia. Enfim, um olhar apaixonado sobre esse país extraordinário que é a França. Ebook disponível na amazon.com.br
Marseille ❤️💙
Follow C'est super! on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :