C'est super!

Sandrine Bonnaire « J’adore le Brésil »

Posted on: 13/06/2011

Dans le cadre du festival Varilux, Sandrine Bonnaire est au Brésil pour quelques jours. Elle y présente Joueuse de Caroline Bottaro et fait l’objet d’une rétrospective organisée par l’Ambassade et l’Institut français.

 

Est-ce que c’est votre premier voyage au Brésil ?
Sandrine Bonnaire: Non j’y étais venue plusieurs semaines il y a 20 ans, et c’est un des pays dans lesquels je m’étais promis de revenir un jour. C’est maintenant chose faite! J’adore le Brésil.



Qu’est-ce qui vous y avait tant attiré  ?
Je ne dirais pas cette folie… peut-être plutôt ce côté expansif que j’aime tant. C’est vrai que j’ai surtout l’image de Salvador, donc pour moi le Brésil, c’est peut-être un cliché, mais c’est la musique et ce côté de migration africaine aussi. Je pense notamment à Bahia. C’est un vrai mélange des cultures, et je trouve qu’ils savent concilier les deux. Par exemple la capoeira est quelque chose qui m’a vraiment passionnée. J’ai essayé d’en faire un petit peu, mais j’ai vite arrêté, trop dur pour moi ! Mais je me suis acharnée un peu quand même, je voulais y arriver absolument. Et bien je trouve ça génial : c’est un truc qui vient d’Angola et qui a été transposé, en rajoutant de l’acrobatie, tout en restant fidèle à ses sources. Et bien pour moi le Brésil, c’est ça, c’est pleins de gens différents, de pleins de couleurs et puis une immensité aussi !

En parlant d’immensité, vous connaissiez déjà São Paulo ?
Non pas du tout, et je ne connais toujours rien d’ailleurs parce qu’on est juste arrivés ce matin. Je suis frustrée parce que je crois que je ne vais en découvrir rien de plus ! Ca a l’air fou comme ville.

Vous venez au Brésil pour présenter le film Joueuse, en compagnie de la réalisatrice Caroline Bottaro, vous pouvez nous parler du rôle que vous y jouez ?
Mon rôle, c’est une fille, une petite bonne femme, qui va grandir grâce à sa ténacité. Je dirais sa ténacité pas seulement liée aux échecs, parce que c’est un film qui ne parle pas tant d’échecs que ça. Et voilà c’est quelqu’un qui se dit je vais transformer ma vie, ma vie ne me convient pas. Et plutôt que de tout envoyer balader, je vais la transformer, et plutôt que de juger les autres, c’est moi qui vais tenter de me dépasser pour transformer le regard des autres. C’est un film qui est hyper positif ; je trouve qu’après on a un peu envie de bousculer les choses.

Justement, les rôles que vous avez interprétés ont-ils eu une influence sur votre vie, vous ont-ils amenée à changer sur un plan personnel ?
Oui, ça fait forcément écho, puisqu’on apporte de soi dans un rôle, et un rôle nous apporte des choses aussi. C’est vrai que maintenant j’ai tendance à choisir mes films en fonction des histoires, et il y a des histoires qui font écho. Joueuse par exemple, c’est un film qui m’a fait du bien, non seulement à tourner, mais qui m’a aussi apporté beaucoup, et notamment cette fameuse phrase qui est un peu ma devise maintenant : « Quand on prend des risques on peut perdre, quand on n’en prend pas on perd toujours ». Et bien je ne suis plus tout à fait pareille depuis que j’ai tourné ce film. 

Vous avez commencé très jeune et vous avez dû évoluer dans votre manière de jouer et de percevoir le métier d’actrice.
Je dirais que oui et non. Si, là où, je ne dirais pas que je me suis améliorée, mais disons que j’ai plus de compréhension, c’est pour l’approche des textes, des nuances. Aujourd’hui, je m’amuse plus à trouver des choses entre les lignes, pour ça on va dire que c’est du progrès. Mais sur le reste… sur l’audace par exemple c’est intéressant parce que plus on est confirmé, plus on devrait avoir d’audace et être rassuré. Et bien ce n’est pas toujours le cas parce que le contrôle de soi, même si on essaye de le chasser, il est forcément présent, parce que plus vous avancez dans le métier, plus vous avez une image, plus elle devient importante.

Cette image, est-elle parfois pesante ?
Non, elle n’est pas pesante, mais en tout cas ma quête aujourd’hui c’est d’être vraiment dans l’abandon, dans le détachement. Je voudrais prendre de la distance et de l’abandon sur le côté contrôle de soi. Ce qui est un peu paradoxal, parce que c’est un métier où on est toujours un peu obligé de se contrôler, justement on véhicule une image, on est médiatisés, donc on fait attention à son image, et en même temps moi j’ai envie de me montrer aussi avec ce que je suis réellement.

Est-ce que c’est l’une des raisons qui vous a amenée peu à peu à passer d’un registre plutôt noir, grave à des films plus légers, dans lesquels on vous voit plus ces dernières années ?
En fait, c’est tout bête, ce changement il a eu lieu avec Mademoiselle qui a été un tournant. Je ne me suis pas dit tiens, je vais aller dans des rôles plus légers. Si à un moment j’avais envie de faire de la comédie parce que c’est quelque chose que je n’avais jamais essayé et je voulais nuancer, donner des couleurs à la palette. C’est un peu un hasard : Philippe Lioret m’a donné ce rôle dans Mademoiselle et du coup les gens m’ont vue autrement.

Vous avez commencé à jouer très jeune, et avez déjà un grand nombre de films à votre actif : si vous deviez retenir vos rôles les plus marquants, lesquels choisiriez-vous ?
Alors c’est très difficile ! Il y en a pleins que je pourrais mettre de côté. Pour de nombreuses raisons. Par exemple Mademoiselle, j’aime beaucoup le film : il est frais, chouette et tout ça. Mais le rôle en soi, il n’est pas transcendant. Ca ne m’empêche pas d’aimer le film. Mais après il y a des rôles, justement JoueuseUn cœur simple (ndlr réalisé par Marion Laine), Est-Ouest (ndlr de Régis Wargnier), voilà ça ce sont des rôles qu’on a un peu de mal à quitter parce que ce sont des grands destins de femmes.

Source: Le petit journal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :