C'est super!

Pour ou contre?

Posted on: 03/01/2010

Faut-il interdire la fessée?

Discussion très pertinente dans le contexte actuel publiée dans Le petit journal.

Fessée (palmada)

Edwige Antier, célèbre pédiatre et députée UMP, souhaite faire  interdire les châtiments corporels, dont la fessée. Jugeant la France à la traîne, elle a déposé une proposition de loi pour voir cette interdiction inscrite une fois pour toutes dans le Code civil. Si pour la majorité des Français, un bonne fessée n’a jamais fait de mal à personne, elle pense au contraire que « plus on lève la main sur un enfant, plus il devient agressif ». Et vous, qu’en pensez-vous?

C’est le grand retour de la polémique sur la fessée en France. En 2008 déjà, le Conseil de l’Europe avait appelé ses Etats membres à interdire la fessée. 18 Etats dont  l’Allemagne, la Suède (depuis 1979), l’Italie, l’Espagne, Chypre, la Croatie et la Roumanie, l’ont déjà fait. Jugeant la France à la traîne, Edwige Antier, pédiatre et députée UMP, engagée depuis toujours dans la protection de l’enfance,  a relancé le pavé dans la mare…

« Le pédiatre que je suis a vu, en 30 ans, augmenter les morsures à la crèche, les rixes dès la maternelle, les jeux cruels à l’école primaire, les petits caïds qui font régner la terreur au collège, et les bandes à la sortie qui violent les filles… Mais c’est la violence faite à l’enfant qui les rend violents à leur tour ! »
Pour que la France rattrape son retard législatif sur ses voisins, Edwige Antier souhaite déposer une proposition de loi pour interdire la fessée. « Il faut interdire la fessée. On ne peut plus laisser entendre que ce n’est pas grave. Ou même pire, que ça a une vertu éducative, alors que c’est exactement le contraire ! (…) La seule chose que l’on fait passer à l’enfant, c’est qu’un conflit peut se résoudre par la violence. Que le fort a le droit de frapper le faible. (…) Toutes les études le disent, plus on lève la main sur un enfant, plus il devient sournois, menteur et agressif ».
L’alternative pour affirmer son autorité sans violence? « Quand l’enfant provoque, que vous êtes fatigué, mieux vaut une « exclusion tranquille » : on l’envoie calmement dans sa chambre, on lui explique qu’on va se poser, de son côté. Une fois calmés, on pourra discuter ».

La fessée au Code civil
Les parents n’iraient pas en prison pour une fessés intempestive. L’interdiction ne serait pas inscrite au Code pénal, mais au Code civil. « Une loi, c’est dire que l’Etat pose une interdiction. Et la faire connaître, c’est changer les mentalités. L’article serait lu aux parents lors du mariage ».

Un appel qui ne fait pas l’unanimité
En France, 87 % des parents reconnaissent pratiquer la fessée, pensant qu’il s’agit-là d’une solution qui ne peut pas faire de mal, quand elle est pratiquée sans excès. Les pro et anti-fessée s’affrontent sur les blogs. L’idée de légiférer sur la sphère privée agace même le secrétaire général de l’UMP Xavier Bertrand: « Qu’Edwige Antier s’exprime en tant que pédiatre, c’est son droit, elle a sa conception des choses. Mais des lois sur tout, partout, ça va bien… »

Marie-Pierre Parlange (www.lepetitjournal.com)


Et vous, qu’en pensez-vous? Donnez votre avis au blog!!

Publicités

1 Response to "Pour ou contre?"

Bonjour à vous tous,
La proposition de loi pour l’interdiction des châtiments corporels dont la fessée, m’a moi aussi amenée à me questionner. Il est difficile de remettre en cause certains sujets, idées, qui font partie de notre quotidien, qui de plus nous ont été souvent transmis par nos parents et cela depuis des générations. Cependant, pour gagner en sagesse et évoluer, je pense qu’il est important d’oser le faire. Rendons nous compte que ce qui est « normal » dans nos sociétés, n’est pas forcément ce qui est bien. Si parfois cela est dur de remettre en question nos habitudes c’est entre autres parce qu’il nous est compliqué de voir et reconnaître un tort chez ceux qui nous ont élevé avec amour et qui ont souvent manifesté de réels efforts à nous éduquer du mieux qu’ils pouvaient. Cette polémique sur la fessée, se comprend par le fait que la plupart d’entre nous en ont reçues et s’en sont sortis et que cela à même pu leur être utile dans une certaine mesure en l’absence d’une meilleure solution. C’est ici qu’intervient le danger de justifier ces coups en disant « j’ai bien reçu quelques fessées, je n’en suis pas mort et j’en suis même reconnaissant à mes parents ». Attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas être reconnaissant envers nos parents car pour la plupart ils ont fait de leur mieux selon leurs moyens. Mais il faut commencer à reconnaître que ce n’était pas une bonne méthode éducative, en tout cas il y a mieux, et il est sans doute temps de changer.
Cette loi, remet en question nos habitudes et nos pratiques, c’est en quoi elle nous dérange. Mais en disant que les coups (fessées, gifles, claques, petites tapes) ne sont pas des bons outils pour éduquer nos enfants, elle nous invite à revoir les formes d’autorité et de limites nécessaires à nos enfants pour se construire, pour en trouver des plus évoluée (Car il y en a!). Plusieurs études l’ont démontré : les coups (mêmes faibles) ne sont pas la meilleure solution, plusieurs effets nocifs tant à échelle individuelle, celle de l’enfant qui aura une plus grande tendance à avoir un système immunitaire plus fragile, à avoir plus de difficultés d’apprentissage, à avoir une plus mauvaise image de soi, à intégrer l’idée qu’il est normal de s’imposer par la force, comme à échelle collective. Il est certain que si cette loi venait à passer, elle devrait s’accompagner d’une campagne de sensibilisation et d’information destinée à guider et aider les parents en proposant de meilleures alternatives, la violence engendre la violence, ainsi que l’injustice et l’ignorance. Bien sûr il ne suffit pas d’informer et d’expliquer , il est essentiel de mettre en place des débats autour de ce sujet. Ce qui devrait nous rassurer, c’est que cette campagne, est dans l’intention de la député. L’alternative à la fessée n’est pas l’anarchie, le laisser aller ou le chaos, non, c’est une éducation supérieure, plus élevée. La suppression de la fessée ne nous laisse pas démunis, il y a bien une vraie alternative.
Une des vérités que l’on doit transmettre aux enfants c’est que la violence ne doit JAMAIS se justifier. Les parents doivent s’appliquer à incarner les valeurs qu’ils doivent transmettre. Or en tapant un enfant (même sans lui faire mal), on devient un contre exemple, il va intégrer l’inverse de ce qu’il devrait apprendre et comprendre. Quand une fessée est donnée, on la justifie par la bêtise qu’il vient de faire. Ne nous mentons pas la fessée c’est bel et bien une forme de violence. Un enfant est un être humain à part entière, il a donc des droits lui aussi, il serait temps d’en prendre conscience à niveau collectif, non plus seulement au niveau d’une certaine élite initiée aux arts d’une éducation plus belle et prometteuse. Une loi qui aille dans ce sens est tout-à-fait souhaitable même si au début elle n’est pas très populaire, comme cela a été le cas dans les pays où elle a déjà été adoptée, les mentalités évoluent, les coups de bâton, les martinets étaient considérés comme chose normale à une époque (Pas si lointaine), cela a changé, il est temps de faire un nouveau pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :