C'est super!

Le cinéma français

Posted on: 06/11/2009

cine1

années 2000

180 millions de spectateurs, 160 films produits, 4 000 salles, le cinéma français occupe la première place en Europe.

Le cinéma est en France une véritable culture : il a ses revues populaires (Première et Studio) et savantes (Les Cahiers du cinéma), ses librairies, ses collectionneurs, un réseau important de ciné-clubs et de cinémas d’art et d’essai, ses festivals (Cannes) ; les médias lui consacrent beaucoup de place. De même qu’un livre, un film est un objet de débat et d’analyse et les réalisateurs de films sont considérés comme des auteurs.

Ce sont les frères Lumière qui, en 1895, ont offert au public français la première séance de cinéma payante.

De la longue histoire du cinéma français, on retiendra au temps du muet la créativité de Georges Méliès (Le Voyage dans la Lune, 1902), le sens épique d’Abel Gance (Napoléon, 1926), le goût de la provocation de René Clair (Entracte, 1924).

Le réalisme social et poétique des années 1930 donnera les chefs-d’œuvre de Jean Renoir (La grande illusion, 1937) et surtout de Marcel Carné-Jacques Prévert (Quai des Brumes, 1938, Le jour se lève, 1939, Les Enfants du Paradis, 1945). Un acteur domine l’époque : Jean Gabin.


À la fin des années 1950 et au début des années 1960, la Nouvelle Vague va bousculer toute l’esthétique du cinéma mondial avec François Truffaut (Jules et Jim, 1961), Jean-Luc Godard (À bout de souffle, 1960) et Claude Chabrol (Le beau Serge, 1958) mais aussi Agnès Varda (Cléo de 5 à 7, 1961), Jacques Demy (Les parapluies de Cherbourg, 1964), Claude Lelouch (Un homme et une femme, 1966), Philippe de Broca (L’homme de Rio, 1963), Alain Resnais (Hiroshima mon amour, 1959), Louis Malle (Ascenseur pour l’échafaud, 1957).

Une nouvelle génération d’acteurs s’impose : Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, Alain Delon, Jean-Paul Belmondo, Catherine Deneuve, Jean-Louis Trintignant…

Après Mai 1968, les préoccupations sociales et politiques dominent : Romy Schneider et Michel Piccoli, Yves Montand, Gérard Depardieu, Isabelle Huppert incarnent les héros des films de Claude Sautet (Les choses de la vie, 1970), Maurice Pialat (Loulou, 1980), Bertrand Tavernier (Coup de torchon, 1981), Costa Gavras ( Z, 1968).

Retour à une inspiration littéraire (Cyrano, Jean de Florette, Germinal, La Reine Margot), recherche d’un cinémaspectaculaire (La Guerre du feu, Le nom de la rose, Le Grand Bleu, Nikita, Le Cinquième Élément, Le Pacte des Loups), nouvelles tendances de la comédie (Les visiteurs, La vie est un long fleuve tranquille, Trois hommes et un couffin, La vérité si je mens, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain), films pour adolescents (La Boum), arrivée d’un cinéma féminin (Claire Denis, Laetitia Masson, Tonie Marshall), recherche d’un cinéma très personnel (Desplechin, Beauvois, Kahn). Ces films regroupent souvent ancienne et nouvelle génération d’acteurs dont Jean Réno, Vincent Perez, Samuel Le Bihan, Sophie Morceau, Isabelle Adjani, Sandrine Bonnaire, Juliette Binoche…

cine2


(Source : Civilisation progressive du français. Cle International, 2004.)

Publicités
Étiquettes :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :