C'est super!

Enfant

Posted on: 04/11/2009

 Plusieurs expressions nominales métaphoriques formées avec ce mot sont cantonnées dans une langue très littéraire, pénétrée de rhétorique religieuse (enfants de Dieu « chrétiens » ; enfants du diable « débauchés » ; les enfants de l’Église « les fidèles » ; les enfants des hommes « les humains » ; etc.).

 

Enfant de l’amour : enfant né hors mariage (XVIIIe. siècle). Cette expression, qui valorise l’infraction aux contraintes institutionnelles en assimilant les relations hors mariage à la passion, représente une réaction contre le rejet impitoyable des enfants naturels par une société où la morale est informée par les règles de transmission des richesses.

Enfant de… (avec un nom d’animal, ou un terme péjoratif) sert à former des injures.

« T’as encore touché à ton bandage, enfant d’veau, verminard ! Tonitrue-t-il. » H. Barbusse, Le feu, t. II, p.46

Enfant de balle : « comédien, acteur, etc., dont les ascendants faisaient le même métier ». Cette acception moderne évoque surtout l’aspect itinérant de la profession (les « tréteaux », le cirque, etc.). Même dans ce contexte, l’allusion à la balle serait obscure, si on ignorait l’emploi antérieur de l’expression (qui est dans le Furetière) : « enfant du maître, d’un jeu de paume ( qui est très exercé, malgré son jeune âge et avec qui il est dangereux de mesurer) ». L’expression avait, dès le XVIIe. s., une valeur étendue : « personne élevée dans la profession de ses parents ». Cette valeur, quoi qu’on puisse lire dans le Dictionnaire de Wartburg, est encore vivante :

« Quant à moi, je luis prêtais d’autant plus de piquant qu’elle était la petite-fille d’une divette dont maintes fois j’avais entendu louer le charme et le talent. Nièce aussi (par sa mère) d’un acteur connu, elle était à n’en pas douter une enfant de la balle… » M. Leiris. Fibrilles, p.156.

La locution ayant plu, elle a été revendiquée par plusieurs professions, grâce aux multiples acceptions du mot balle.

Enfant gâté : « enfant capricieux, désagréable parce qu’on a satisfait tous ses désirs » ; « personne qui exige qu’on lui cède, par caprice ». La métaphore de la « pourriture »est assimilée et démotivée.

L’enfant prodigue : « celui que l’on accueille avec joie dans le groupe, le milieu  qu’il avait abandonnée ». L’expression s’emploie plus largement que dans le contexte initial de la famille, où il évoque directement la parabole évangélique (Luc 15, 11-32).

Enfant terrible : « personne très indépendante, qui agit sans retenue et crée des difficultés dans un groupe ». D’abord appliquée aux adultes, notamment en politique (l’enfant terrible du parti…), cette locution évoque la sincérité et la spontanéité imprudente, et elle est plutôt indulgente.

Bon enfant : « personne agréable à vivre, gaie et simple ». L’expression s’est lexicalisée comme adjectif et nom masculin (l’adjectif reste invariable : des gestes bon enfant) ; le dérivé bonenfantisme est vieux. Sa valeur a pu varier selon les contextes sociaux.

Comme un enfant qui vient de naître : « avec totale innocence ». On trouve dans la langue classique d’autres emplois : « Quand tu es venu, tu avais l’air d’i déterré, et te voilà vermeil et frais comme l’enfant qui vient de téter. » Diderot, Jacques le fataliste.

Faire l’enfant : « s’amuser à des choses puériles, se comporter d’une manière irrationnelle, avoir des caprices, etc. ».

Faire un enfant : se dit en emploi absolu de la femme qui met un enfant au monde, et avec un complément (faire un enfant à…une femme…de l’homme qui rend une femme enceinte. L’expression, qui date du XVIe. s., exprime avec brutalité la procréation dans ses deux aspects. Seule la substitution de l’article « un » à l’article  « l’ » manifeste le changement de valeur du verbe faire par rapport à l’expression précédente d’où la possibilité d’un jeu de mots.

Prendre quelqu’un pour un enfant : « traiter comme un naïf ».

 

(Source : Dictionnaire d’expressions et locutions. Le Robert, 2003.)

 

 

Publicités
Étiquettes : ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

wordpress hit counter
Follow C'est super! on WordPress.com
Follow C'est super! on WordPress.com
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :